Chargement Évènements

« Tous les Évènements

L’atomik tour en Sarthe les 1er et 2 juillet 2019

juillet 1 à 20 h 00 min - juillet 2 à 22 h 30 min

Attention : plus de précisions sont à venir !

Le lundi 1er juillet à La Flèche Accueil de l’Atomik tour l’après-midi. Déambulation de porteurs et porteuses de paroles. En soirée, à 20  h, Ciné-débat avec la projection du film Un héritage empoisonné au cinéma Le Kid de la ville.

Le mardi 2 juillet au Mans accueil de l’Atomik tour l’après-midi sur le parking de la place des Comtes du Maine. Puis, à 16 h, conférence de presse  suivie d’une déambulation de porteurs et porteuses de paroles.

En soirée, à 20 h, Ciné-débat avec la projection du film Un héritage empoisonné au cinéma Les Cinéastes avec la participation de la réalisatrice Isabelle Masson-Loodts. Sorti en 2018, ce film de la réalisatrice belge dure approximativement une heure.

UN HÉRITAGE EMPOISONNÉ

Synopsis du film Un héritage empoisonné

Synopsis : Alors qu’un siècle a suffi pour faire oublier le danger, pourtant encore réel, des rebuts de 14-18, comment croire que notre mémoire permettra de maintenir la vigilance des générations futures autour des déchets nucléaires qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ?

Des poisons de 14-18 aux déchets nucléaires : au fil d’une enquête sur l’héritage toxique de la Grande Guerre, se dessine une mise en perspective (d)étonnante. Dans les années 1920, la Belgique et la France se sont débarrassées des rebuts chimiques du conflit dans les territoires défavorisés. L’opposition des populations locales a été balayée par l’urgence des décisions et par les pressions exercées par des lobbies industriels et agricoles.

Bande annonce : https://vimeo.com/297794522/a4fd50682b

L’actualité révèle que le déni des craintes exprimées à l’époque a favorisé un oubli délétère. Les habitants du nord du département de la Meuse subissent encore aujourd’hui les conséquences de l’amnésie qui a entouré la pollution de leurs terres.

Or, 100 kilomètres plus au Sud, à Bure, d’autres citoyens luttent contre un projet de poubelle nucléaire. Alors qu’un siècle a suffit pour faire oublier le danger des pollutions héritées de 14-18, notre mémoire permettra-t-elle de préserver les générations futures de déchets qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ?

Quelques mots de la réalisatrice Isabelle Masson-Loodts :

À Bure aujourd’hui comme à Muzeray hier, tous les ingrédients de l’oubli semblent réunis. Bien que ce film soit intimement lié à l’actualité, je veux faire en sorte qu’il s’en détache pour offrir l’occasion d’une réflexion plus large : il y a un siècle s’est ouverte une nouvelle ère, celle de la production de déchets dont les effets délétères se prolongent sur des périodes dépassant la durée de vie humaine, et même celle de nos sociétés. En s’attachant à la question de leur mémoire, ce film est un appel à l’humilité et à l’honnêteté.

« Se peut-il que le nucléaire soit une réalité qui rompt de toutes les façons possibles avec un schéma fondamental ? Nous savons que les civilisations ne font pas le ménage derrière elles. Mais aucune n’a jamais laissé derrière elle des déchets qui resteraient mortellement dangereux pendant des millénaires. Là, nous sommes uniques. Absolument les seuls dans l’Histoire. » Henning Mankell, Sable mouvant, 2015.

Détails

Début :
juillet 1 à 20 h 00 min
Fin :
juillet 2 à 22 h 30 min