SdN 72 à La Fête de l’eau et des énergies, dimanche 3 juin 2018


Dimanche 3 juin 2018, de 14 heures à 18 heures – Maison de l’eau, au Mans

Comme d’hab’, Sortir du nucléaire 72 était de cette manifestation sur l’eau et les énergies à la Maison de l’eau, au Mans (à côté de l’abbaye de l’Épau).

Comme la veille à Sablé-sur-Sarthe [1], nous y avions une table de presse avec les dernières actualités et informations sur le nucléaire civil et militaire et des réponses aux redondantes demandes de scénarios de remplacement (NégaWatt, ADEME, Réseau SdN…). Aussi, la possibilité et la disponibilité d’y bavarder, vous écouter et échanger les nouvelles sous notre caquetoire [2], ce que nous nous sommes efforcés de concrétiser au mieux.

Caquetoire

Nous y avons évidemment palabré sur l’actualité nucléaire : des dernières déconvenues de l’EPR bien sûr (soudures du circuit de vapeur entre les générateurs et la turbine) et de son nouveau report pour de nouvelles malfaçons (si nombreuses qu’il conviendrait de ne jamais le faire diverger), du centre d’enfouissement de déchets radioactifs de CIGéo à Bure (visite de riverains hélas moins engagés que la smala familiale, selon leurs dires) et de la manifestation à Bar-le-Duc (55), le 16 juin. Mais surtout, communiqué sur le TIAN, Traité d’interdiction des armes nucléaires adopté à l’ONU, par une majorité de 122 des 192 pays membres, le 7 juillet 2017. Les pays dotés n’y ont pas participé mais ont tout fait en sous-main, la France en tête, pour saborder cette résolution. Volontiers donneuse de leçon, sur cette antienne comme sur d’autres sujets (émissions de gaz à effet de serre, OGM, perturbateurs endocriniens, glyphosate…), elle a encore une fois marché à côté de ses pompes ! À nous tous et donc à tout un chacun de la fléchir pour qu’elle rejoigne le camp des signataires ! Une campagne que nous avons porté localement, notamment avec la double projection du film La bombe et nous de Xavier-Marie Bonnot, à la Flèche (c’est là : ), puis au Mans (c’est là : ). Vous pouvez, vous aussi, vous joindre à cette campagne pour que la France signe et ratifie ce traité [3] en signant la pétition en ligne sur le site du Réseau national Sortir du nucléaire, c’est là :  ou en envoyant à tout-va des cartes postales à vos proches pour démultiplier cette campagne et les adresser in fine aux président, députés, sénateurs, conseillers régionaux, départementaux… Ça marche au féminin aussi !

Diseux et faiseux

Ces échanges permettent également aux émetteurs comme aux récepteurs de se mettre à jour sur l’évolution des alternatives concrètes présentes ou en cours sur le territoire (comme le chantier éolien de Lavernat, c’est ici : , ou plus renseigné, là : , et de René et Thoiré-sous-Contensor, c’est là : ) ou à venir (éoliennes de Crissé, Tennie), voire même des réalisations de particuliers (maison quasi autonome à Pezé-le-Robert). Ou encore l’ancienne installation hydroélectrique de l’ex-forge-fonderie de Sainte-Jamme-sur-Sarthe qui va être équipée d’une paire de turbines à la production conséquente pour une installation hydraulique au fil de l’eau : 474 kW ! Un projet de plusieurs années déjà, porté par Hydro Antoigné avec des turbines Kaplan (nous y reviendrons).

Fête des voisins

Énergie Avenir avait aussi son stand à la Fête de l’eau et des énergies. Pour des raisons fonctionnelles, le projet du collectif EnR 72 (lancé avec la coparticipation de SdN 72) d’une première réalisation d’énergie « verte » et citoyenne en Sarthe — une installation photovoltaïque en cotoiturage — est désormais porté par Énergie Avenir, via CoWatt. Bien qu’elle ait trouvé des toits, ceux-ci ne répondent pas aux critères requis pour accueillir une installation solaire (orientation, angle d’inclinaison, capacité portante, résistance à la charge et… au soulèvement [bâtiment ouvert aux vents ou totalement protégé]). Mais ça viendra ! Patience et longueur de temps…

L’espace info-énergie dispensait aussi tous les conseils utiles sur l’énergie et l’habitat, notamment l’isolation avec des échantillons de toutes sortes de fibres, ouates, leurs avantages, performances, inconvénients, servitudes…

Les p’tits bouts avaient eux aussi un programme dédié sur l’eau et les énergies. Un premier spectacle avec le professeur Lancelot Soupression (de l’association Maine Sciences) et un second avec Abraécologie (marionnette ventriloque). Et pour tous les âges : l’exposition intitulée « Eau : trésor de l’Himalaya » (76 visuels) proposé par l’ARPEC (Association pour le rapprochement des peuples et des cultures).

Parole confisquée

La Maison de l’eau est intégrée à l’ensemble de l’Arche de la nature dont le concept va être dupliqué à Wuhan, en Chine, et sans doute ailleurs dans l’empire du Milieu. Question : y verra-t-on, un jour, des forums associatifs s’y exprimer sur l’eau, l’énergie, le nucléaire civil et militaire en Chine, les deux EPR franco-chinois de Taishan dotés de cuves aussi douteuses que celle de l’EPR de Flamanville, forgées par Areva dans ses usines du Creusot (d’ailleurs mis progressivement en route ce mercredi 6 juin, date d’écriture de cet article) !


Cette année, Le Mans Métropole y présentait aussi le réseau de chaleur alimenté par l’usine d’incinération (qui chauffera, entre autres, l’eau des bassins du centre aquatique des Atlantides) et la future unité de méthanisation de la station d’épuration (un sujet à part entière qu’on espère traiter un jour), ce qui ne nous dispense pas de réduire au maximum nos déchets, aux lendemains de l’opération Plastic Attack au magasin Auchan de La Chapelle-Saint-Aubin (comme dans de nombreuses villes du monde), la veille, samedi 2 juin 2018.

Toujours à la Maison de l’eau, si ce n’est déjà fait, vous pouvez aussi y visiter les pédagogiques productions d’électricité à partir d’une des deux roues à aubes du moulin (production hydraulique), les installations solaires (production photovoltaïque et thermique et le panneau d’information sur Edmond Becquerel, inventeur du photovoltaïque) et l’éolienne Bollée (pas encore raccordée). À côté, au parc de l’Épau : le gnomon sculpté (32 cadrans solaires) ; le jardin « permaculturel » et, nouveau, le verger conservatoire de 105 arbres fruitiers réhabilitant 35 variétés locales de pommiers et 15 de poiriers (plantés en mars 2017 et greffés en 2018 par l’association les Croqueurs de pommes).


Les années à venir verront se créer une réserve d’eau à proximité de l’usine des eaux, sécurisant l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération mancelle en cas de pollution en amont du point de captage dans l’Huisne et de nouvelles possibilités de loisirs. Non, nous ne dirons pas que la pression des Amis et riverains de Bener contre le projet Leclerc-Ikéa y sont pour tout, alors que longtemps le maire (décédé vendredi) s’y était opposé, mais on le pense très fort !


[1] La veille, pour la seconde année, le groupe SdN 72 a été présent toute la journée à la Fête Biotonome de la Biocoop 33, SARL BIO FB2M, zone de la Martinière, route du Mans, 72300 Sablé-sur-Sarthe, tél. 02 43 62 95 22. Adresse mail : biocoopsable@gmail.com. Ouvert en continu le samedi, de 9 h 30 à 19 heures.

[2] En architecture, sorte de préau, d’auvent, espace convivial, couvert, en entrée d’église ou côté nef (dans l’Orléanais notamment), pour y bavarder à tort et à travers et échanger les nouvelles. Seulement une dizaine en Sarthe : à Péray (égl. St-Jouin) ; René (égl. St-Pierre) ; Terréhault (égl. St-Paul) ; Lucé-sous-Ballon (égl. Ste-Trinité) ; Doucelles (égl. St-Martin) ; St-Martin-des-Monts (égl. St-Martin) ; Thoigné (égl. St-Martin) ; Ste-Cérotte (égl. Ste-Cérotte) ; Saint-Germain-sur-Sarthe (égl. St-Germain) ; Bérus (égl. St-Germain).

[3] Campagne soutenue par ICAN France, Sortir du nucléaire, Abolition des armes nucléaires, le MAN, ATTAC et la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté.


Photos : SdN 72. Logo : Campagne 2018 pour l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires.