1re Fête des possibles – Journée de la transition – 2017


Samedi 23 septembre 2017, de 10 h 30 à 18 heures – Le Mans

SdN 72 est intervenu dans le « plus simple appareil » à la première Fête des possibles du Mans ! Avec seulement une banderole, un portant, une carte et un peu de faconde, et, on l’espère, ce qu’il faut d’écoute.

La dé-marche souhai-tée par les ini-tiateurs de cette 1re Fête des possibles [1] était d’instaurer de véritables échanges avec les visiteurs, de mettre en place une interactivité avec le public, à chacun d’y mêler imagination, moyens ludiques, talent, pour impliquer les visiteurs et instaurer, autant que faire se peut, du dialogue. 

Le calendrier du groupe SdN 72 lui imposait une communication axée sur la manifestation Stop EPR à Saint-Lô, le samedi 30 septembre suivant, organisé par le CAN-Ouest dans lequel nous sommes actifs. Pas vraiment rompus à cet exercice de communication, à défaut, nous avons réduit la voilure (sans stand ni table de presse) avec une seule banderole, un panneau d’affichage sur la susdite mobilisation de Saint-Lô et la carte des installations nucléaires civiles, militaires, minières, de recherche (cf. photos) accrochée aux triangulations du dôme géodésique de Paligloo et ventilation de flyers, ça va de soi.

Tirer sur la pelote

Une intervention réduite à sa plus simple expression, le hasard faisant le reste. Situé dans un double entonnoir (conjuguant rues commerçantes, place principale et gymkhana entre les bottes de paille de 300 kg — négociées — pour la sécurité dans le cadre de l’état d’urgence [2]) et sur les brisées du Forum Jeunes, nous avons bénéficié d’un large flux de passants.

Tous n’ont pas été « scotchés » par l’impressionnante prolifération d’installations nucléaires figurées sur la carte de France de notre poster XXL, mais elle les a rarement laissés indifférents, les dangers étant — quasi? — partout. Proposer un choix de lieux de villégiature, un projet d’investissement immobilier pour ses vieux jours, face à cette carte, relevait de la malice ! Elle sera auscultée dans tous les sens. En long, en large et sur toutes les diagonales. Inventoriée, de la plus petite unité — Ionisos de Sablé-sur-Sarthe, évidemment (totalement méconnue) — aux plus imposantes installations, La Hague, Pierrelatte, Marcoule, Cadarache (dix-huit INB, Installations nucléaires de base, en zone sismique sérieuse).

Plus proche, beaucoup connaissent Chinon-Avoine (90 km du Mans) qu’ils pensent dépourvue de problèmes. Ignorés : le risque sismique (faille sud-armoricaine), le stock de graphite fortement radioactif et inflammable, les bouchons de sable de la Loire, son niveau trop bas les années sèches et/ou le risque d’inondation centennal. Saint-Laurent-Nouan (120 km du Mans) : cachés les deux plus graves accidents nucléaires du pays (classés niveau 4 sur l’échelle INES qui en compte 7, dont l’un devrait l’être à 5 pour rejets de plutonium dans la Loire) mais, passés sous le boisseau du silence, pour ne pas dire omerta [3]. Du pain bénit, si j’ose dire, pour amorcer nos développements!

Les déchets nucléaires interrogent aussi mais la plupart ignore qu’une importante partie — et des plus dangereux — sont stockés à La Hague. L’enfouissement possible à Bure parle à beaucoup mais la poubelle est rarement géolocalisée (presque tous méconnaissent Soulaines, Morvilliers, Saudron) et ignorent plus encore qu’à leurs pieds, Izé (en Mayenne, à 10 km de Sillé-le-Guillaume) a compté — en 2000 — parmi les lieux d’enfouissement possibles de ces mêmes déchets HA-VL (de haute activité à vie longue), dans le granite. Là où, douze ans après, la terre tremblait… C’est là  : .

D’autres aspects, moins anxiogènes (quoique !) ont forcément été abordés : l’effet ciseaux des coûts du nucléaire et des énergies renouvelables, les « nouvelles » perspectives politiques. Évidemment, les alternatives…

Nos voisins du stand d’à côté

Le stand EnR 72 (nos voisins, cf. photo) dont nous avons modestement contribué au lancement et poursuivont le projet plus individuellement, était aussi de ce rendez-vous avec le Défi énerg’éthique. Son objet est de participer au déploiement d’une première coopérative citoyenne de production d’énergie renouvelable : CoWATT sur le territoire sarthois. Nous vous en avions déjà parlé, ici : .

Debrief

À quelques-uns, nous avons réussi à tenir en haleine notre public dont nous n’avons nullement eu besoin d’aiguillonner les interrogations (mais là, nous sommes juges et parties ­de cette appréciation). On souhaite avoir répondu aux interpellations des uns et des autres, modifier des angles de vue, et, on l’espère, avoir parfois installer le doute chez les plus retors… Nous, on en retient un réel intérêt des chaland,s toute la journée durant, avec des interlocuteurs variés, venus de milieux sociaux et professionnels diversifiés.

Bon, on ne va pas y passer le réveillon, qui est encore loin ! À propos, Alternatiba en proposera-t-il encore un cette année ?

Pour conclure :

Une superbe fête, conviviale, bienveillante, sans clinquant, loin du mythe cornucopien où le propos ambiant n’invitait nullement à la retenue mais à une sobriété énergétique heureuse et consentie. Loin du clinquant chromé, aérographié, customisé et surtout survitaminé des « gros culs » vrombissants et pétaradants en rond vingt-quatre heures durant à l’autre bout de la ville [4]. 55 000 « adorateurs » de chromes, de teams et de paddocks ! Pliée la taxe carbone ! Malgré les coupes sombres dans les effectifs, Fret SNCF, filiale de SNCF Mobilités (dédiée aux marchandises) déraillait de 253 millions d’euros en 2015. D’autres bloqueront les raffineries le lundi suivant. La Collor run [5] du Forum Jeunes, qui a aussi éclaboussé de ses couleurs la place de la Rép’ et, du coup, La fête des possibles, avait décidément des allures plus fun !

Sur l’événement, nous comptions évidemment nombre de structures amies et de singulières individualités dont nous sommes très proches : EnR 72, Sarthe Nature Environnement, Alternatiba, Énergie Avenir, Éco-Lieux, Les riverains et amis de Bener, Cyclamaine… Ah ! je suis tombé dans le travers, les non cités vont se sentir ostracisés…

En soirée, le « Scénario Afterre 2050 », proposant un modèle de production agricole et alimentaire répondant aux besoins de la société en préservant le climat, la fertilité des sols, la qualité des eaux et la biodiversité, était aussi à découvrir à la salle Pierre-Guédou.


La page de La fête des possibles, sur le site d’Alternatiba Le Mans-Sarthe et son menu éponyme, est ici : (4 pages). Celui, national, de La fête des possibles, est là : .


[1] Proposée et organisée par le collectif Alternatiba, les Colibris et le Collectif pour une transition citoyenne, et d’autres (collectifs ou particuliers) tous et toutes sur le pont dès le 18 septembre. Toute la semaine était proposées la visite d’éco-lieux, de jardins partagés, de maisons à énergie passive, la découverte d’une AMAP et de solutions concrètes de projets écolos pour faire participer les citoyens et les rendre acteurs du changement.

[2] En vigueur jusqu’au 31 octobre. Une nouvelle loi antiterroriste s’y substituera, accompagnée au passage de quelques nouvelles privations de liberté… Désolé, je m’égare !

[3] Le 17 octobre 1969, 50 kg d’uranium entrent en fusion sur le réacteur A1. Le 13 mars 1980, bis repetita, fusion de deux éléments combustibles du réacteur A2. Ce n’est pas fini ! Le 12 janvier 1987, la Loire est gelée, le refroidissement du réacteur est mis à mal et les quatre moteurs diesel de secours doivent eux aussi être refroidis impérative-ment par l’eau du fleuve royal. Á défaut, le réseau électrique est sollicité malgré le risque d’effondrement, qui interviendra moins de trois heures plus tard, exigeant normalement des moyens autonomes. On est à deux doigts de la catastrophe. Fort heureusement, l’armée interviendra suffisamment rapidement, à coups d’explosifs pour rompre la glace.

[4] Les 24 heures Camions, les 23 et 24 septembre 2017.

[5] La Collor run : course pour le fun (4 km, 1300 participants) sans recherche de performance sportive, dont les participants, à l’arrivée, sont copieusement arrosés de jets de poudre multicolore.


Affiche : Alternatiba-Fête des possibles. Photos : SDN 72. Autres photos : Alternatiba 72 : https://alternatiba.eu/lemans/ à retrouver aussi sur : https://www.flickr.com/photos/alternatibalemans/albums/72157687296514204/with/37367546246/