1ère Réunion publique à IONISOS de Sablé sur Sarthe 26 novembre 2018


 

Elle s’est déroulée lundi 26 novembre à Sablé.

logo détourné de Ionisos

Elle est présidée par Daniel Chevalier Maire de Juigné et également Vice-président du Conseil départemental et avec la présence de Pierre Siefridt directeur de l’Autorité de Sureté du Nucléaire (ASN) de Nantes.

Tout d’abord, l’information de cette réunion publique n’a pas été correctement menée par les services du Département. Suite à un changement de la réglementation des Commission Locales d’informations (CLI), il est maintenant obligatoire de mettre en place une réunion publique. Nous avons constaté que peu de membres de cette instance y étaient présent-es. La population sabolienne était aussi absente sans doute à cause du déficit d’information de la population. Les représentant-es de la collectivité y brillaient par leur absence, hormis 2 conseillers d’opposition Rémi Mareau et Gérard Frétellière.
Après l’introduction et la présentation des intervenants par le Président, la présentation a débuté, Cette installation existe sur Sablé depuis 1992, elle est prestataire de services pour différentes sociétés. IONISOS a 6 sites en France (Chaumesnil près de Troyes, Dagneux siège social près de Lyon, Pouzauges en Vendée, Sablé sur Sarthe).
Ils interviennent sur différents matériels qui vont du médical (prothèses). Ils débactérisent les sprays, seringues à usage unique, les kits médicaux notamment pour les dialyses rénales.
Une partie est de la réticulisation : tuyaux de chauffage au sol, câbles et boucliers pour l’industrie automobile.
A signaler, la direction de IONISOS a affirmé qu’aucun produit à destination de l’alimentation humaine n’est ionisé sur le site.
Comme sur le site de Pouzauges l’ionisation des produits se fait à l’aide de rayon GAMMA produit par du cobalt 60. Le cobalt 60 permet une ionisation à cœur des produits, une autre technique est possible à l’aide de rayon BETA mais l’ionisation n’est que superficielle. Cette technique n’est pas présente à Sablé.
Le cobalt 60 (source radioactive) est fabriqué au Canada et transporté par bateau jusqu’au Havre. Ensuite, les transports se font par route, Le stockage des sources neuves et usagées (radioactif) se situe à Pouzauges. Le site de Sablé n’est pas habilité par l’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN) à stocker des sources.
Sur le site travaillent actuellement 23 salariés dont 4 sont habilités à travailler en zone confinée (casemate), tout est entièrement automatisé, les produits restent sur les palettes lors de leurs expositions au rayons gamma , l’opérateur est à l’abri à l’extérieur de la casemate et il pilote les différents phases du traitement : entrée de la palette, sortie des sources radioactives de la piscine de stockage, durée du processus et retour des sources dans la piscine une fois le travail terminé.
Pour info, le temps létal d’exposition au rayon gamma est de l’ordre de la seconde à quelques minutes en fonction de l’intensité mise en service à ce moment.


Pour compléter des travaux d’agrandissement de la partie stockage sont en cours de réalisation.
Le lien vers l’article du Maine Libre relatant la réunion:
https://www.lemainelibre.fr/actualite/sable-ionisos-installation-nucleaire-de-base-se-devoile-27-11-2018-234194


Ce qui questionne à l’issue de cette réunion et rester sans réponse après notre interpellation  :
Cette procédure de travail dégage dans l’atmosphère de l’ozone. A ce jour, et sauf erreur de notre part, aucun organisme indépendant ne contrôle ces effluents émis par le site. Cela pose question vis à vis des populations qui vivent ou travaillent à proximité ?
Si une coupure électrique intervenait sur le site, tout est automatisé les crayons sources descendraient immédiatement dans la piscine par gravitation.
Thierry touche
Sortir Du Nucléaire 72 et Sarthe Nature Environnement 72


Photo et Illustration: SdN 72