L’ingénieur Sarthois, Didier Chauvin, un cerveau en « fusion » nucléaire


Septembre 2015 — Sarthe – France – Allemagne

ddidier-chauvin-ph-maine-libreCe Sarthois a fait l’objet d’un couverture médiatique sans précédent à l’échelle de notre département (1) ! Totalement inconnu jusqu’ici, il a été nommé ambassadeur de la Sarthe le 10 août 2015. Un mois plus tard, cette distinction l’a porté sur le devant de la scène. Parti de pas grand chose, le « cul-terreux » de Chevillé évolue désormais dans une sphère technologique de haute volée : la fusion nucléaire, à l’Institut Max Planck de Greifswald (Allemagne). La presse locale, elle, ne l’a guère retenu qu’en modèle de l’ascenseur social.

Si son parcours nous épate également, c’est d’avantage son attelage à une improbable quête d’énergie infinie, partagée avec les thuriféraires du nucléaire, qui, nous, nous interroge.

De la confiture donnée aux neutrons
Pour le cursus exceptionnel de Didier Chauvin, nous vous renvoyons à la coupure de presse du quotidien Ouest-France du 30/08/2015 (cf. intra). Retenons que le petit Sarthois d’extraction rurale, formé pour une tout autre filière, devint employé du Commissariat à l’énergie atomique de Cadarache en 2001. Le CEA le détachera par la suite (en 2006) à l’Institut Max Planck pour la physique des plasmas, de Greifswald, en Allemagne, qui l’a associé à la construction de l’athano-abracadabrantesque machine baptisée Wendelstein (un sommet des Alpes Bavaroises) 7-X, ou Stellarator, dont il est aujourd’hui le chef de projet. Une sorte de fourneau cosmique reproduisant la fusion nucléaire des étoiles, mais dont on sera, avant longtemps, incapable d’en construire le creuset pour des usages industriels permanents. 

Wendelstein 7-X

Ce paragraphe demande à être amélioré, complété, vérifié puis validé par un physicien !

Les cinquante-huit réacteurs nucléaires français actuellement en activité fonctionnent sur le principe de la fission nucléaire (idem pour les autres pays nucléarisés). Si cette technologie recourt depuis bientôt soixante-dix ans à la plus tordue des façons de faire bouillir de l’eau, depuis presque aussi longtemps, la fusion nucléaire est, elle aussi, convoquée pour parvenir un jour à des résultat encore plus « performants ». Promis, juré, craché ! L’URSS, les Etats-Unis, le Japon, la France s’y sont collé (la Chine également, à Hefei, avec EAST Tokamak, supraconducteur avancé expérimental, et bientôt la Corée du Sud avec le KSTAR, en construction à Daejeon) mais s’y sont aussi, jusqu’à présent, cassé les dents, quelle que soit la technique employée : Tokamak ou Stellarator !

Bien qu’ayant annoncé l’arrêt de ses dix-sept réacteurs nucléaires à fission d’ici à 2022 (neuf le sont), l’Allemagne s’emploie néanmoins à la fusion thermonucléaire avec le Stellarator W 7-X, qui fait office de station d’essais (2). Jamais en reste, la France, d’abord seule puis avec le projet international ITER (cf. intra), poursuit études et prototypes pour déboucher, un jour, sur une exploitation de ce type de réacteur, certifié plus sûr et générant des déchets en moindre quantité et durabilité… On connaît la chanson !

Tous deux ont pour ambition de reproduire la fusion thermonucléaire opérant au cœur du soleil et… des bombes H (Nagasaki en étant la première) sur terre. Fusion confinée par la gravitation dans le cas des étoiles (le soleil en est une), qui le serait ici par un champ magnétique confinant un plasma « flottant » à l’intérieur d’un Stellarator (sorte de boucle creuse hélicoïdale à forme tourmentée d’environ 16 mètres de diamètre constituée de soixante-dix aimants supraconducteurs) sans qu’il vienne au contact avec lui et dans lequel se dérouleraient des réactions de fusion stabilisées. Loin d’être une sinécure ! Si la métaphore « usine à gaz » a longtemps illustré la complexité technique au XXe siècle, celle du Stellarator pourra assurément la redéfinir au XXIe siècle.

Il y a vingt ans, l’Allemagne a donc décidé de concevoir le plus gros réacteur à fusion du monde, le W 7-X. Quand la fission consistait à casser des noyaux d’atomes lourds (uranium, plutonium ou mox ?) par « bombardement » en nucléides plus légers, ici, l’énergie se dégagera des collisions de noyaux atomiques légers qui fusionneront pour former un noyau plus lourd. Démarrée il y a près de neuf ans, la construction du Stellarator s’est achevée pour l’essentiel en 2014. La douloureuse s’élève à plus de 1 milliard d’euros, financé à 80 % par l’Allemagne, le reste par des fonds européens. Sa toute première expérience sera de créer son premier plasma à partir d’hélium (de l’ordre du milligramme) le temps d’une fraction de seconde. Expérience après expérience, ces essais se poursuivront avec des mélanges d’hydrogène et de deutérium avant de passer à la très épineuse fusion entre du deutérium (naturellement présent dans l’eau de mer et donc abondant) et du tritium (deux isotopes de l’hydrogène). Parallèlement, il s’agira de confiner ces plasmas de façon stable et de plus en plus durable. Le record actuel de stabilisation du plasma est de 6 mn 30 s. L’objectif d’étape de ce nouveau Stellarator — expérimental — est de vérifier la possibilité de le stabiliser au-delà de 30 mn d’ici à… 2050 et d’en tirer tous les enseignements, sans pour autant aller jusqu’à vraiment réaliser la fusion nucléaire !

Car l’affaire n’est pas aisée ! Et le « match » entre Stellarator et Tokamak (cf. ITER ci-dessous), entamé dès les années 50, est ténu et risqué. Le premier est plus facile à concevoir et à construire, le second plus difficile à piloter. Obstacles majeurs : outre l’incommensurable fournaise à confiner (plus de 110 millions de degrés quand même !), les disruptions (instabilités brutales comparables à des coups de foudre) peuvent se produire entre le plasma et les parties matérielles de l’enveloppe (tore) et gravement endommager l’installation.

Un petit pas vers la fusion nucléaire pour l’Homme, un grand pas dans la démesure pour l’Humanité, alors que le soleil (notre bonne étoile) s’offre à disposer de lui-même pour : du solaire thermique et photovoltaïque ; la photosynthèse (fossiles : charbon, pétrole, gaz et biomasse) et des flux qu’il génère (vents), d’où l’éolien ! S’il n’est pas question de discuter ici de l’opportunité ou non de cette recherche ni d’en disputer aux chercheurs le droit et les moyens de chercher, la question de l’échelle et des priorités est ouverte et mise en débat.

En France, un projet voisin, ITER, hébergé sur le site de Cadarache (cf. intra), déjà hyper-chargé d’infrastructures nucléaires et situé sur une zone très sismique, taille, lui aussi, des croupières aux R & D des renouvelables. 

ITER (International thermonuclear experimental reactor) (3)

ITER est une sorte de faux jumeau du précédent, du genre Tokamak (chambre de conception toroïdale, cf. plus haut) cofinancé par trente-cinq pays : Europe, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis, Fédération de Russie, Inde, Japon et la Suisse. La France, qui a « décroché ou acheté » (à vous de juger) son implantation à Cadarache, y participe pour 20 % (doublant son intention), l’UE 30 % !, le Japon 10 % (qui a obtenu des compensations pour en avoir été privé sur son territoire au bénéfice de la France !) Comme pour l’EPR, le budget du projet a déjà explosé, passant de 5 à plus de 19 milliards d’euros ! Idem pour sa mise en marche. Initialement prévue en 2016, ajournée à 2019, elle est désormais repoussée à 2025. Il avait été précédé de plusieurs autres prototypes : Tore Supra à Cadarache ou JET (Joint European Torus), le dernier, en Grande-Bretagne, qui n’a produit que 16 mW pendant 1,4 seconde pour 25 injectés et 100 escomptés. Le prototype ITER n’est, lui aussi, qu’une étape. Son successeur (DEMO, déjà dans les cartons) aussi ! Celui-là devrait-être plus proche d’un réacteur de production mais ça reste un présupposé (hautement improbable). Son cahier des charges : produire plus qu’il ne consomme ! L’éventuelle phase industrielle est donc encore loin ! Ce projet pharaonique repose une fois encore sur les chimères de l’avenir radieux d’une énergie abondante, inépuisable, sécurisée, gratuite et soi-disant à moindres déchets. Il est non seulement dispendieux mais aussi dangereux et nuisible à l’environnement et au genre humain et totalement incompatible avec l’urgence climatique.

Des vessies pour des lanternes

Aujourd’hui — comme hier avec Super-Phoenix, qui a coûté un bras à tous les contribuables (4) sans quasiment rien produire —, on veut absolument nous faire croire à une énergie infinie, sûre, propre, sans déchets. Pour être prodigieusement alléchante, cette nouvelle technologie se doit de revêtir tous les atours que n’avaient pas les précédentes. Celle-ci ne dépendrait plus d’uranium totalement importé et conforté par la corruption d’hommes d’Etats, d’une présence ou d’interventions militaires appuyées. On comprend facilement l’intérêt de cette réaction lorsqu’on sait qu’avec 300 litres d’eau de mer, on pourrait extraire un gramme de deutérium. C’est-à-dire que l’eau des océans permettrait, à elle seule, de subvenir aux besoins de l’humanité pendant environ un milliard d’années.

Plus mieux que moins bien ?

Dès le départ, le choix du nucléaire — militaire — était anti-démocratique puisqu’il était exclusivement de l’autorité d’un chef suprême, général à l’époque ! Très vite, l’orientation d’une production nucléaire civile massive a prévalu sans que ce programme ne fasse sens ni ne soit soumis à un aucun débat ni consultation démocratique parlementaire et/ou référendum. Une production hypercentraliseé reposant aujourd’hui sur cinquante-huit réacteurs (Messmer en prévoyait deux cents !) concentrés sur seulement dix-neuf sites. Autant de pôles hyper-exposés, de cibles hyper-vulnérables. On le voit aujourd’hui avec les risques de terrorisme, voire de psychopathes, les menaces aériennes (avions, drones, missiles, météorites), les possibles intrusions mal intentionnées, sinon aisées, en tout cas démontrées par Greenpeace (centrales de Fessenheim, Nogent, Tricastin), les immixtions informatiques (Corée, Iran [virus états-unien Stuxet]), etc.

On sait toute l’absurdité de poursuivre la filière du nucléaire fissile de type REP et EPR, aujourd’hui vieillissant, et du (ou des) EPR NM de demain. Même à imaginer leur abandon (notre plus grand souhait !), on ne peut envisager une reprise différée du nucléaire de fusion. D’abord pour ce qu’il est, mais aussi pour cette même aberration d’hyper-centralisation. Une concentration de moyens qui échappe aux citoyens et à tout contrôle, qui suppose une société technocratique, sécuritaire, policée et militarisée, incompatible avec toute démocratie. En témoigne la criminalisation des intrusions pacifiques à l’intérieur des centrales, le fichage reconnu en catégorie S des anti-nucléaires, l’invraisemblable débauche de forces répressives à Chinon par exemple, c’est là : ?, les simulacres de débat public à Bure et dans les CLI (commissions locales d’information), l’achat du consentement des collectivités, etc. C’est toute l’organisation de nos sociétés et de nos imaginaires sociaux qui s’en trouve impactée.

L’urgence est aux solutions de proximité, géographiques et temporelles

Du reste, EDF, associée à des partenaires industriels et financiers (Japon, Chine), envisage de construire de trente à quarante EPR à l’horizon 2050 (tout en espérant bien, au passage, prolonger la vie à cinquante ans, voire soixante, des centrales actuelles construites pour une durée de trente ans, moyennant quand même un très onéreux lifting !) Si, d’aventure, on accordait la même durée de vie à ces nouveaux EPR, les projets Wendelstein 7-X et ITER, DeMO et suivants, en présupposant qu’ils soient opérationnels un jour, ne seraient « utiles » qu’autour du XXIIe siècle !

Hors, c’est maintenant, alors que nous sommes confrontés au réchauffement climatique, à la raréfaction des ressources naturelles et l’obligation morale de préserver ce qu’il en reste aux générations à venir, que nous avons à apporter des solutions. Et elles sont nombreuses et pourvoyeuses d’emplois, ce dont nous manquons massivement. Commençons par le b.a.-ba ! La frugalité, l’efficience énergétique, la généralisation des énergies renouvelables…

Ok ! c’est notre credo. Mais nous ne sommes pas les seuls à envisager ce scénario. Le Réseau SDN, Négawatt, Greenpeace et bien d’autres en ont tracé les perspectives. L’ADEME elle-même (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, établissement public sous la tutelle des ministres chargés de la recherche, de l’écologie et de l’énergie) vient de rendre publique une étude, retenue pendant plusieurs mois, avalisant dans un de ses scénarios la possibilité de s’exonérer totalement du nucléaire en s’en remettant à 100 % aux énergies renouvelables d’ici à 2050 et pratiquement sans surcoût ! Pour la plupart, des scénarios trop étalés dans le temps, à notre goût, mais contractables avec une farouche volonté de sortie du nucléaire.

Impossible de prédire qui, de Stellarator ou de Tokamak, survivra au petit jeu du « je te tiens, tu me tiens par la barbichette ». En attendant, les budgets qui leurs sont consacrés taillent des croupières en R & D sur les énergies renouvelables et les possibilités de stockage.

Ici, avec le Wendelstein 7-X et ITER, le mythe de Dédale et d’Icare est convoqué. Mais en voulant se rapprocher de la fusion du soleil, on peut s’y brûler les ailes !


(1) Ouest-France (cf. l’article ci-dessous), Le Maine libre, Les nouvelles de Sablé, La Sarthe (le magazine du département) lui ont consacré des interviews… et sans doute aussi des radios et chaînes de télévision locales.

(2) Tous les arguments ne se valent pas, notons néanmoins que l’Allemagne s’est engagée dans un processus de sortie du nucléaire à l’horizon 2022, tout en poursuivant ce programme de recherche sur la fusion nucléaire. Un peu comme la France, qui, tout en ayant arrêté tout essai nucléaire et signé le TNP (traité de non-prolifération des armes nucléaires), poursuit le programme Lazer Mégajoule, au Barp (33) !

(3) En français : « réacteur thermonucléaire expérimental international ».

(4) Soit 40 à 60 milliards de francs ! 12 Mds d’euros (actualisés 2010) selon la Cour des comptes. Mais aussi la vie à Vital Michalon, une jambe à Michel Grandjean, la main à Manfred Schultz, et la mutilation d’un militaire ; c’est là : ?.


Photo en médaillon : copie d’écran du site du Maine Libre.

Coupure de presse : O.-F du dimanche 30 août 2015.

d-chauvin-fusion-n